Déborah Charles: « Nagui m’a apporté la réponse pour un projet humoristique »

Une semaine après son passage dans N’Oubliez Pas Les Paroles, remarquable par la complicité humoristique avec Nagui, Déborah Charles revient avec nous sur ce qui pourrait avoir été un tournant dans sa carrière… ou au moins dans ses orientations artistiques.
Le temps de l’émission, Nagui a parlé de te faire venir à la radio, a demandé aux auteurs et producteurs de scène de te contacter et a dit que tu avait un vrai potentiel… comment as-tu vécu ça?
J’étais venue pour essayer de gagner de l’argent et j’avais plutôt pas mal révisé pour. Même si je m’attendais à des échanges sympathiques avec Nagui, je ne pensais pas susciter un tel engouement ! Quand je suis sortie du plateau, des larmes coulaient sur mon visage, je n’savais plus comment faire pour trouver en moi le courage… ah non pardon ! Ophélie sort de ce corps (trop plat pour toi) !
Je disais donc que pour de vrai quand je suis descendue du plateau, j’étais très touchée par ce qui venait de se passer car j’étais venue pour gagner de l’argent mais en fait, j’avais gagné plus !
La veille, une amie me demande où en sont mes projets, je lui dis que j’ai dû mal à trouver des partenaires artistiques dans mon créneau et que je me pose la question sur un projet humoristique… et le lendemain, Nagui m’apporte la réponse ! Incroyable…
« J’étais venue pour gagner de l’argent mais en fait, j’avais gagné plus ! »
Quels sont tes projets, à part la vente de thé?
La vente de thé, et bien demain je pourrai dire “c’est théière” car… scoop : je me suis fait virer aujourd’hui !! Disons que ma période d’essai arrive à sa fin et qu’ils préfèrent opter pour une vendeuse “disponible”… Pas malin, je venais de leur ramener des clients…! Je le prends comme un cadeau de la vie qui me dit allez petite… maintenant au boulot ! Le vrai ! Du coup, je suis motivée à 2000% dans l’écriture de sketchs et aussi d’un spectacle musical… mais que je vais devoir désormais appeler “Désenchanthée”… (Mylène tu me poursuis). Et afin d’honorer l’invitation de Nagui, j’ai des idées de chroniques radio à développer… Sinon je devrais aussi interpréter un chanteur décédé (ou caché sur une île) avec des chaussettes blanches qui aime bien marcher sur la lune dans un spectacle musical prochainement dans la Drôme.
« Motivée à 2000% dans l’écriture de sketchs et d’un spectacle musical »
Qu’est-ce que l’expérience du métro t’a apportée et qui t’est utile aujourd’hui?
Développer encore et toujours son sens de l’improvisation et de l’adaptation. T’as prévu de jouer là et c’est pris ou alors y a personne qui passe ? Bon, ben tu vas ailleurs. Les gens t’écoutent pas ? Tu chantes plus fort, tu souris plus, tu changes de chanson, tu dis bonjour, tu fais le cri de la mouette, tu dis au revoir, tu t’en fous. Oh tiens les gens s’intéressent ! Chouette ! Ah ben non, plus… Bon.
« Le métro: développer le sens de l’improvisation et de l’adaptation »
Vous avez réalisé un clip parodique lié à ce passage TV. Pourquoi ?
J’adore faire des parodies de chanson, mais que je gardais pour moi jusqu’à présent… J’avais envie de rebondir après l’émission et de proposer quelque chose et “Tu ne m’as pas lâché d’argent” est venu ! J’ai plein d’idées mais pas forcément les moyens pour les réaliser. Ça m’a longtemps bloqué parce que je voulais faire les choses bien. Mais en fait là j’ai décidé de faire avec ce que j’avais ! J’avais réfléchi aux prises de vue que je voulais faire faire par Seb, le guitariste qui m’accompagne, et il s’est trouvé que Clémence, sa fille de 9 ans était présente ce jour là et s’est improvisée Cameragirl avec une tablette tactile ! J’en ai bavé pour le montage avec mon ordi de 2004 qu’il fallait éteindre au bout d’une heure parce qu’il avait trop chauffé et rallumer après mais j’ai adoré faire ça ! C’est sûr que si j’avais gagné des sous à “N’oubliez Pas Les Paroles”, j’aurais pû m’acheter un ordi de compet’ (et rembourser ma mère car je lui dois vraiment 3000€!), mais on va essayer de le traîner encore un peu ! Je voulais faire un clin d’oeil à Nagui aussi pour finalement… le remercier.
Lire la fiche de Deborah Charles.

Laisser un commentaire